Packing Bad

100_8086

Je pars dans 2 jours !

C’est surréaliste de lire ça … mais ça y est ! Aujourd’hui, c’est mon dernier jour à la maison et demain, direction l’aéroport de Paris en train : je reste dormir à l’hôtel sur place car l’enregistrement pour mon vol doit se faire samedi matin avant 6h30.
D’autres collègues, déjà arrivés, m’ont fait part de leurs mésaventures avec les vols annulés, modifiés, les bagages endommagés etc. Du coup, je suis bien contente d’arriver dans l’Etat de New York avec un jour d’avance, ça me laisse du temps en cas d’imprévu !
En gros, je vole directement vers NYC où je passe la douane et j’ai 6 heures d’escale avant de repartir pour Syracuse. J’y passerai une première nuit chez l’habitant, puis le lendemain je rejoindrai l’hôtel sur le campus.

J’ai fait un tri démentiel dans mes affaires pour tout empaqueter sans que ça prenne trop de place chez mes parents, voici donc une illustration :

100_8106

Aaahhh c’était tellement le bazar, ça me rend malade de voir ça ! Moi qui essaie de faire la minimaliste tout le temps, ça m’est insupportable de voir des choses déballées et étalées partout …

Pour les bagages, j’ai droit à 23 kgs maximum dans un seul bagage en soute, aux dimensions imposées par United Airlines. Si j’en ajoute un autre, je dois payer. Du coup, par souci d’économie et de facilité, j’ai réussi à tout mettre dans ma nouvelle valise (merci les hyper soldes sur Internet !) et j’ai même découvert qu’elle faisait 4 kgs de moins que prévu !
Pour alléger mes affaires, j’ai tout simplement emporté uniquement des vêtements d’été et de demi-saison. Le peu de vêtements chauds que je possédais ici ne feront pas l’affaire quand il y aura le gel et le vent d’hiver dans les Grandes Plaines, donc j’ai tout donné aux réfugiés du coin et je chercherai du matériel approprié sur place. J’ai juste pris mes flûtes pour faire de la musique, j’ai déplacé mes restes de shampooing et crèmes dans de petits contenants très légers (et solides) et j’ai choisi des cadeaux de petite taille et pas fragiles pour mon directeur et mon futur propriétaire.

dora-the-explorer-backpack

Je m’excuse pour ce gif ridicule, ça doit être mes nerfs … 

Les choses que j’ai pensé à emporter depuis des mois dans la valise :

  • Une paire de lunettes de vue de rechange.
  • Mes relevés de notes et diplômes avec traductions assermentées.
  • Ma réserve de contraception et de médicaments contre les allergies pour un an avec ordonnances originales et copies.
100_8125

Et il reste encore de la place dans la partie fermée sur la droite !

Voilà, ça c’est pour la partie pratique.

Maintenant, venons-en à l’état d’esprit d’avant le départ …

sherlock-internally-screaming

Psychologiquement, je crois que les dernières semaines avant de partir ont été les plus difficiles. Déjà, parce que j’ai reçu mon visa corrigé seulement fin juillet alors que j’avais déjà le billet d’avion, le contrat de travail, l’hébergement temporaire et permanent bouclés pour début août depuis des semaines …
Ce départ a été un gros investissement pour moi, en particulier financier (surtout si on ajoute aux démarches ma formation FLE de l’an dernier) donc j’ai légèrement pété les plombs le mois dernier avec le visa. De plus, autant je m’en sors bien quand je suis « dans l’action » dans un endroit nouveau, autant j’ai du mal à supporter l’attente qui précède. Je passe sur les autres raisons plus personnelles qui ont pu accentuer ce stress, mais juillet a clairement été le pire mois de l’année en ce qui me concerne.
Et puis comme l’esprit et le corps ne sont pas fichus de se séparer de temps en temps, j’ai eu droit à un cortège de symptômes physiques : problèmes de sommeil, cauchemars, absence totale d’appétit, diaphragme coincé, crampes, spasmes et névralgies de partout … Cela a l’air de se dissiper depuis une petite semaine, et je pense que le plus dur est passé.

Alors voilà, comme c’est à la mode de déclarer sa « vulnérabilité » (si j’en crois les articles de coaching qu’on lit partout), je le dis : VIVEMENT L’ATTERRISSAGE.

100_7212

Il y en a une que ça n’empêche pas de dormir, en tout cas : ma Noisette, à savoir le chat que j’ai depuis 17 ans. Une mamie indestructible, qui a toujours un comportement de chaton et qui doit malheureusement rester à la maison !… (et en colocation avec un autre chat, en plus, haha !)

Je termine sur cette image paisible et mignonne pour finir de profiter de ma journée, et à bientôt pour d’autres aventures … sur un nouveau continent ! 

Publicités

4 réflexions sur “Packing Bad

  1. Pour te rassurer, mon départ à moi a été parfait : à l’aéroport il y avait une gigantesque file d’attente pour enregistrer les bagages, alors comme par magie ils ont ouvert un autre comptoir juste devant moi, j’ai pas eu à attendre. Puis ma valise faisait 25kg mais le monsieur ne m’a rien fait payer parce que je lui avais dit que je partais pour 9 mois. Enfin, pour l’embarquement, ils ont ouvert la porte juste devant moi aussi, j’ai pu m’installer dans les premiers. Tu vois, pour toi aussi ça peut très très bien ce passer, ne t’en fais pas 🙂

    PS : j’avoue que pour moi aussi ça a été difficile de laisser mon chat 😦

    J'aime

    • Cool, bonnes nouvelles tout ça !! J’avais cru comprendre que tu n’étais pas emballée par le voyage en avion (haha), j’espère que ça a été ? De mon côté, c’est vraiment l’avant-départ qui a été pénible, maintenant je me sens beaucoup mieux !
      Profite bien et on se reverra dimanche ! 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s